LES ILES SHETLAND DU SUD ET L’ILE DE L’ELEPHANT

 

L’île de l’Éléphant est l’île la plus septentrionale de l’archipel formé par les îles Shetland du Sud, au nord de la péninsule antarctique. Elle fut ainsi baptisée en 1821 par le chasseur de baleines George Powell en raison de la grande quantité d’éléphants de mer présents sur son sol. Mais elle tire sa principale notoriété de l’expédition manquée de l’Endurance : alors que le bateau de l’équipage d’Ernest Shakleton est pris dans les glaces en mer de Weddell, les membres de l’expédition sont contraints de quitter le navire pour aller chercher secours. A bord de canots de sauvetage, l’équipage débarque sur l’île de l’Éléphant et y établit un camp en 1916. De là, Shackleton et quelques hommes entreprennent une périlleuse traversée de l’océan les séparant de la Géorgie du Sud pour y trouver de l’aide. Aujourd’hui, il ne subsiste sur l’île, plus aucune trace des naufragés de l’Endurance.

L’île de l’Éléphant est en grand majorité recouverte de glace. La faune et la flore y sont rares. Les visiteurs peuvent néanmoins y observer, hormis les éléphants de mers, des otaries à fourrure ainsi que quelques colonies de manchots papou et manchots à jugulaire.

Les îles Shetland du Sud sont une région très habitée d’Antarctique. Un grand nombre de stations scientifiques y ont établi domaine en raison des conditions climatiques relativement clémentes qu’elles présentent. Ainsi l’île du Roi George, principale île de l’archipel, n’abrite pas moins de neuf stations et autant de nationalités : chilienne, russe, argentine, chinoise, sud coréenne, uruguayenne, brésilienne et polonaise !

Ces îles sont aujourd’hui des zones spécialement protégées en raison du tourisme qui s’y exerce. On visite sur l’île Half Moon une colonie de manchots à jugulaire et à Yankee Harbour, sur l’île Greenwich, une importante colonie de manchots papou. Hannah Point, sur l’île Livingston, regorge d’une faune variée : éléphants de mer, manchots de divers espèces et pétrels géants l’habitent. L’île Penguin offre, quant à elle, la possibilité d’une petite ascension de son cône volcanique pour rejoindre un point de vue spectaculaire sur les environs. On y voit des manchots Adélie et manchots à jugulaire.

En outre, il est possible d’accoster sur l’île de la Déception lorsque la météo le permet. L’anse de Whaler’s Bay est abritée mais difficile d’accès. Son entrée, étroite, est surnommée le soufflet de Neptune et souffre de conditions météorologiques très aléatoires. La baie abrite les restes d’une station baleinière et de deux anciennes bases, britannique et chilienne, détruites en 1969 lors d’une éruption volcanique. A Baily Head sur l’île de la Déception, on visite une très vaste colonie de manchots à jugulaire et à Pendulum Cove, il est parfois possible de prendre un bain dans les eaux thermales du coin !





En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici