Retour choix de la croisière Accueil

La flore en Patagonie

Pour décrire de manière synthétique la flore de la Patagonie, il est nécessaire de distinguer les différentes zones géographiques de la Patagonie.

Araucarias

La steppe de Patagonie

Les plateaux typiques de la Patagonie centrale (à l’ouest de la cordillère) se caractérisent plutôt par de la steppe (petits arbustes épineux et herbes sèches) puisque les pluies oscillent entre 150 et 400 mm par an.
Le sol est rocailleux et relativement plat, ce qui diminue le ruissellement en surface. L’infiltration de l’eau dans le sol est donc grande. L’eau n’est plus accessible en surface pour les plantes. Ces conditions climatiques arides et un sol pauvre en matières organiques ne peuvent pas répondre aux besoins d’une grande biomasse et d’une grande diversité de flore. La steppe patagonienne est donc dominée par la plaine arbustive formée principalement des espèces Larrea divaricata Cav. et Stipa sp. Ces plantes forment de petits îlots épars et aléatoires sur le territoire, caractéristiques des écosystèmes arides. Ces îlots sont soit formés d’un amas d’arbustes encerclés d’un anneau d’herbacés pérennes, c’est-à-dire que la plante n’est jamais complètement dénudée de ses feuilles, ou d’un arbuste naissant entouré du même anneau d’herbes. La majorité des espèces végétales sont basses et clairsemées ce qui fait en sorte que seulement 40 à 60% du sol est recouvert par la canopée, tandis que le reste du sol est nu. Cette distribution aléatoire et interrompue de la végétation est due à la concentration des nutriments, de l’eau, de la matière organiques et des graines sous ces îlots de verdure. Dans les zones ou la végétation est absente, le vent et l’eau transportent les particules du sol riches en matière organique. Ces particules sont freinées lorsqu’elles frappent un îlot et elles s’y accumulent pour former une zone fertile.

Peut-être que la plus grande caractéristique de cette région reste la désertification progressive provoquée par les actions humaines : conséquence du surpâturage des champs avec les moutons et les chèvres, et la taille des arbustes pour le bois de chauffage. C’est le problème le plus grave qu’affronte cette région.

Autre cause qui a contribué à appauvrir ces terres sont des irruptions volcaniques répétées et qui aujourd’hui encore laissent des traces sur les sols.

Les rives des rivières montrent un paysage totalement différent ressemblant à des oasis au milieu de zones désertiques.

La forêt andino patagonienne

Au fur et à mesure que nous nous approchons de la cordillère, la végétation passe alors rapidement de la steppe aux forêts. Les flancs des montagnes sont couverts de bois qui arrivent normalement jusqu’au niveau des neiges éternelles. Ces bois présentent deux étages : l’étage arboré qui peut atteindre plus de 20 mètres de hauteur, et le sous-bois, formé d’arbustes comme le notro (ou embothrium coccineum) ou le calafate, et de cannes tel le colihue ou coligüe ou Chusquea culeou (qui est un bambou avec lequel les amérindiens fabriquaient leurs lances).
Parmi les espèces d’arbres il faut remarquer les conifères et les fagacées : le pehuén (Araucaria araucana), le gigantesque lahuán ou "alerce" ou "cyprès patagonique" (fitzroya cupressoides), le lipain ou "cyprès de la cordillère" ou austrocedrus chilensis, le coihue ou "guindo" ou nothofagus dombeyi, le quetri ou "arrayán" ou luma apiculata, le rauli ou Nothofagus nervosa, le radal ou lomatia hirsuta, le ñire ou nothofagus antarctica, le maitén ou maytenus boaria et la lenga ou nothofagus pumilio.

En Patagonie, on distingue aussi de nombreuses fleurs dont les plus représentatives sont :
Le fuchsia de Magellan (fleur de montagne dans les zones humides)
Le lupin (fleur de montagne)
Le Copihue (fleurs des zones boisées du Chili)
Le Canelo (très présent dans le parc de Terre de Feu)
Le Charcao (petit arbuste, aux fleurs jaunes, très présents dans les sols secs, zones ensoleillées)
Ensuite beaucoup de plantes ou d’arbres comme le genêt, les eucalyptus ou le pin d’Oregon sont présents en Patagonie mais ne sont pas des plantes natives. Ils ont souvent été introduits par les espagnols.

Lenguas en automne

 

 

 

 

 

 





En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici