Retour choix de la croisière Accueil

La Patagonie de nos jours

La démographie

D’après le dernier recensement de 2001 par l’organisme officiel argentin, l’Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC), la population totale des cinq provinces patagoniennes s’élève à 1 738 251 habitants, soit une densité de 2,2 habitants au km2.

D’après le dernier recensement de 2002 par l’organisme officiel des statistiques du Chili, l’Instituto Nacional de Estadísticas (INE), la population dans les cinq régions de la Patagonie chilienne s’élève à 2 557 988 habitants, soit une densité de 7,2 habitants au km2.

L’économie

Production de pétrole et de gaz naturel

L’Argentine est un petit producteur de pétrole, qui a atteint son pic à 920 kbbls/j en 1997 pour tomber à 763 kbbls/j en 2005 (dont 660 de brut). Les deux principaux bassins pétroliers sont la Province de Neuquén, dans le centre-ouest du pays, et San Jorge, sur la côte atlantique. Ces deux bassins, caractérisés par un grand nombre de petits gisements, sont matures. Le pays a longtemps été un exportateur significatif de pétrole, mais les exportations sont tombées à environ 50 kbbls/j en 2006 et la balance devrait s’inverser prochainement. Avec la plus faible densité humaine du pays, la Patagonie fournit à l’Argentine 75 % de sa production pétrolière.

Le bassin austral, à la pointe sud de la Patagonie, dont le Chili détient une partie, et la fraction argentine de celui de la Province de Santa Cruz possèdent des réserves de pétrole bien moindre, mais sont plus importants pour le gaz naturel. L’Argentine est le premier producteur de gaz d’Amérique latine (640 kbep/j), mais ses réserves s’épuisent rapidement (elles ont diminué de 18,9 % entre 2005 et 2006). Le pic de production de gaz semble avoir été franchi en 2004, et le pays importe de plus en plus de gaz bolivien.

Le principal espoir d’accroître les réserves de pétrole et de gaz se situe dans l’exploration offshore. La production future est évaluée à 5 Gbbls, un chiffre peut-être généreux (plus du double des réserves prouvées rapportées). Dans les environs de Punta Arenas, l’exploitation des gisements de pétrole constitue une part importante pour le transport domestique (30 % du pétrole au Chili est national).

Élevage d’ovidés

En Amérique du Sud et en particulier en Patagonie, l’élevage du mouton est une industrie encore active.

L’élevage du mouton a été largement favorisé sur cette partie du continent américain par l’immigration espagnole et britannique, populations dont les pays d’origine avaient une importante industrie de l’élevage du mouton à cette époque. L’Amérique du Sud possède un assez grand nombre de moutons, mais la nation ayant le plus important cheptel ovin en 2004 (le Brésil) avait à peine plus de 15 millions de têtes, ce qui est beaucoup moins que la plupart des grands pays d’élevage. Les principaux défis que doivent relever les éleveurs de moutons d’Amérique du Sud sont la baisse phénoménale du prix de la laine à la fin du XXe siècle et la destruction de l’habitat par l’exploitation forestière et le surpâturage.
La région sud-américaine la plus importante internationalement pour l’élevage du mouton est la Patagonie, qui a été la première à rebondir après la chute des prix de la laine. Avec simplement quelques rares prédateurs et pratiquement aucune concurrence pour les pâturages (le seul mammifère rival est le guanaco), la région est la mieux adaptée au monde pour élever des moutons surtout la région du rio de la Plata dans la Pampa. La production ovine en Patagonie a culminé en 1952 à plus de 21 millions de têtes, mais est revenue à moins de dix millions aujourd’hui. La plupart des éleveurs se concentrent sur la production de laine de moutons Mérinos et Corriedale pour l’exportation mais la rentabilité a diminué avec la baisse du prix de la laine, tandis que l’industrie du gros bétail continue de croître.

Pêche et aquaculture en Patagonie d’Argentine

La production actuelle de l’aquaculture en Argentine ne s’élève qu’à 1 647 tonnes et n’est pas significative en Patagonie.

Pêche et aquaculture en Patagonie du Chili

Le Chili connaît une forte croissance dans le domaine de la pêche. Elle arrive à la sixième place mondiale avec 4 à 5 millions de tonnes annuelles. Ainsi, le pays est devenu le premier exportateur de saumon en dépassant les niveaux de la Norvège en 2006. Il y a de nombreux élevages de saumon établis dans le lit des fleuves au sud du Chili. 87 pour cent des centres d’aquaculture et qui produisent 91 pour cent de la production nationale se trouvent en Patagonie (dans la région X, dans la région XI), pour un total de 2 400 centres d’aquaculture du pays qui fournissent un emploi direct à 24 800 personnes et un emploi indirect à 9 800. La principale production est l’élevage intensif de saumons dans des parcs marins mais l’ostréiculture, la mytiliculture ou la conchyliculture, principalement l’huître plate chilienne, des gracilaires, de la moule chilienne, de la moule choro, de la moule cholga, et enfin la culture d’algues (les gracilires (Gracilaria sp.)) sont de plus en plus développées.

Agriculture et arboriculture fruitière

Compte tenu des conditions climatiques difficiles (vents violents et soudains, courtes périodes d’ensoleillement, zones sèches, ...), l’agriculture n’y est pas tellement développée. Toutefois, dans la province de Chubut en Argentine, les habitants de trois vallées, Chubut, Colorado et Negro (appelées le Triangle de Chubut) ont développé depuis 1865 des terres agricoles (90 km de long et entre 5 et 8 km de large) grâce à des conditions climatiques favorables. Mais avec l’ouverture à la concurrence mondiale, la production notamment de céréales y reste insignifiante. Un peu plus au nord, dans la province de Río Negro, 100 000 ha de plantations fruitières produisent chaque année 700 000 tonnes de poires et de pommes.

Tourisme

Depuis les années 1990, le tourisme au Chili est devenu une des principales ressources économiques, spécialement dans les zones extrêmes du pays (désert d’Atacama au nord, Patagonie et Terre de Feu au sud). Pendant l’année 2005, il a augmenté de 13,6 %, générant ainsi plus 1 360 millions de dollars américains (soit 1,33 % du PIB national). Dans la région de Patagonie, les principaux lieux touristiques sont l’archipel de Chiloé, la lagune de San Rafael et ses glaciers ainsi que le parc National Torres del Paine. Avec en 2004, 132 758 touristes de nationalités étrangères et 60 957 touristes de nationalité argentine, Ushuaia, la ville la plus proche du cap Horn, fait partie des destinations privilégiées avec El Calafate pour son glacier Perito Moreno et Puerto Madryn.
Durant la saison de l’été austral 2003-2004, 22 817 touristes embarquaient sur des navires de croisière pour l’Antarctique à partir du port d’Ushuaïa.

Station Cathedral

San Martín de los Andes dans la province de Neuquén avec San Carlos de Bariloche sont des destinations de sports d’hiver. Les touristes y viennent aussi parcourir la Route des Sept Lacs (ou Camino de los Siete Lagos) ou le parc national Lanín. La Patagonie accueille un tourisme de masse organisé en voyage à forfait mais aussi des voyageurs très divers (aventure, tour du monde, expédition, rallye, périple...).

San Carlos de Bariloche

Les principales activités sont :
• le trekking dans les parcs nationaux,
• la pêche sportive dans les nombreux et poissonneux lacs et rivières alimentés par la Cordillère des Andes. Junín de los Andes est considérée comme la capitale de la truite, Capital Nacional de la Trucha,
• les sports d’hiver dans les stations de skis de Caviahue-Copahue, de San Carlos de Bariloche, de La Hoya,
• les croisières, le long des côtes Atlantique et Pacifique, à l’intérieur des canaux de Patagonie, comme le détroit de Magellan et le canal Beagle et ses fjords de la Cordillera Darwin, le cap Horn, mais aussi vers les Malouines, la Géorgie du Sud et l’Antarctique
• et aussi, les activités équestres, le canoë-kayak, l’escalade et l’alpinisme entre autres.

 

 

 

 

 

 





En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici